Actualités

Décret Paysage : Comac s’oppose à la réforme élitiste de Glatigny

La ministre Glatigny et la majorité PS-MR-Ecolo s’apprêtent à exclure des milliers d’étudiant.e.s de l’enseignement supérieur avec une réforme élitiste du décret Paysage. C'est une mauvaise réponse au réel problème de l'allongement de la durée des études. Au lieu d’aider les étudiant.e.s ayant plus de difficultés à réussir, cette réforme va les exclure plus rapidement.

Le nouveau rapport sur le climat le confirme : une révolution climatique sociale est nécessaire

Le 9 août 2021, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations Unies (GIEC) publiait son dernier rapport scientifique sur la crise climatique. Les conclusions sont plus claires que jamais, et tout simplement stupéfiantes. Le réchauffement climatique est encore plus rapide que prévu et touche déjà toutes les régions de la planète. Seule «  une action immédiate, rapide et à grande échelle » peut encore stopper les pires conséquences de la crise climatique. La situation n’exige rien de moins qu'une révolution climatique sociale. En plus d’être antisociale, une taxe carbone ou d'autres solutions s’appuyant sur la logique de marché seront inefficaces. Si nous voulons sauver le climat, nous devrons nous en prendre aux multinationales et aux gouvernements.

Nouveau rapport du GIEC : pour sauver le climat, attaquons-nous aux multinationales polluantes

Selon le dernier rapport du GIEC, le réchauffement de la planète s'accélère et s’intensifie. Les phénomènes météorologiques extrêmes seront plus fréquents et auront des conséquences plus graves. « Les grosses multinationales polluantes détruisent notre planète depuis trop longtemps. Pour sauver le climat, attaquons-nous aux gros pollueurs », affirme Octave Daube, porte-parole de Comac (mouvement étudiant du PTB).

Protest with pride

D’où que l’on vienne, quelles que soient notre couleur, notre identité de genre ou notre orientation sexuelle, nous avons toutes et tous droit à vivre notre vie de manière épanouissante et libre, sans être victimes de discriminations. Nous organisons ce lundi 28 juin une action physique, pour une existence digne pour toutes et tous. Non seulement sur le papier, mais aussi dans la vie réelle.

Garantir la finançabilité après encore un an de cours en ligne est une question de justice sociale

La majorité MR-PS-Ecolo a rejeté la proposition du PTB et de Comac de garantir la finançabilité pour l'an prochain, comme ça avait été gagné par le mouvement étudiant l'année dernière et comme les étudiant·e·s flamand·e·s l'ont aussi gagné en début d'année. Toutes les enquêtes réalisées auprès des étudiant·e·s ces derniers mois montrent pourtant que le décrochage touche des milliers d'entre nous, en particulier les plus précaires. Il faut des perspectives pour ces étudiant·e·s. Après une année marathon de cours en ligne, va-t-on acter et accepter l’aggravation des inégalités dans notre enseignement déjà très inégalitaire ou au contraire la combattre avec une mesure spécifique qui permettra d’éviter à des étudiant·e·s de devoir arrêter à terme leurs études ?

Soutien aux sans papiers en lutte pour leurs droits

Les personnes sans-papiers qui ont lancé des occupations politiques, notamment à l'ULB, ont entamé une grève de la faim. Ça fait des mois qu'ils et elles luttent pour une loi plus claire et une commission indépendante pour la régularisation. Contre le flou et l'arbitraire total qui règnent aujourd'hui. Des étudiant·e·s et Comac se mobilisent pour leur apporter leur soutien 👊

Pour des soins de qualité, nous avons besoin de plus de médecins, pas moins

Après avoir déjà instauré un filtre à l'entrée en médecine qui n'a fait qu'empirer la situation de pénurie médicale en Belgique, certains partis veulent maintenant aller encore plus loin et imposer un concours à la fin des études. Au sortir de la crise corona qui a démontré l'importance d'une médecine de prévention et de première ligne forte, Comac s'oppose à la mise en place de ce concours qui passe complètement à côté du débat de fond : quel système de soins de santé voulons-nous construire ?

Est-ce que le gouvernement veut en finir avec la précarité étudiante ou seulement trouver des cache-misère ?

La précarité étudiante est un problème de société. Pour y pallier, 80% des étudiants demandent une diminution du minerval, la ministre et la majorité PS-MR-Ecolo s’y opposent et répondent qu’il vaut mieux des « mesures ciblées ». Mais quelle vision se cache derrière cet argument maintes fois répété par Valérie Glatigny ?

Pourquoi les étudiant·e·s ont raison de s’opposer à un confinement intenable et injuste

Depuis le début de la crise, les actes et les choix du gouvernement révèlent plus que jamais leur vision de la société et de l'enseignement. Les lobbys économiques mènent la danse et notre vie sociale continue d’en faire les frais. La précarité et le mal-être des étudiant·e·s sont constamment sous-estimés, voire normalisés. Et la seule réponse au décrochage scolaire est de nous dire de “garder le rythme”. Depuis des semaines les étudiant·e·s se mobilisent et rejettent un confinement intenable et injuste. A Mons, Louvain-la-Neuve, Bruxelles, Namur, les cris de révolte sont les mêmes : “On n’en peut plus et on continuera à se faire entendre”.

Les sans-papiers en résistance contre l'arbitraire politique

Gil Puystiens et Felix Kumps

À Bruxelles, depuis le 30 janvier, plus d'une centaine de sans-papiers dorment dans des conditions misérables dans l'église du Béguinage. De nombreuses personnes sans-papiers ont aussi trouvé refuge dans le restaurant de l'ULB et, depuis le 19 février, à la cafétéria de la VUB. La plupart d'entre elles ne sont toutefois pas sans logement ; leur but, ici, est avant tout de faire entendre leur voix sur le plan politique. Après tout, ce sont des personnes qui vivent et travaillent en Belgique depuis des années et y ont fait leur vie. Et pourtant, elles n'ont toujours pas de permis de séjour légal, ce qui fait qu'elles sont exploitées sur le marché du logement et du travail. C'est la raison pour laquelle ils et elles sont entrés en résistance. Une résistance que personne n'entend, mais qui sert pourtant à l'ensemble des travailleurs. Les étudiants de Comac se rendent chaque semaine dans les lieux occupés, non seulement par solidarité, mais aussi pour donner aux personnes sans-papiers un canal pour faire entendre leur voix.

Veux-tu changer le monde ?