Actualités

Un bon examen et pourtant un échec : stop aux modalités injustes à l'UCLouvain

Les témoignages affluent et les étudiants de la faculté de psychologie de l’UCLouvain pointent à nouveau du doigt les modalités d’examens de leur faculté. En juillet dernier, Comac, le mouvement étudiant du PTB, dénonçait déjà les modalités d’un cours qui détournait le décret Paysage et sa règle de réussite fixée à 10/20. Pourtant, ce seuil n’est toujours pas respecté dans bon nombre de cours. Cette session, un cours de 2e Bachelier de “Psychologie Sociale et Interculturelle” cristallise les tensions avec un seuil de réussite à 13,33/20. Il ne s’agit pas d’un problème isolé, ce genre de modalité injustes étant également d’application dans d’autres universités, comme le soulignent des témoignages que nous avons reçus. Ces modalités sont la conséquence du manque de financement dans l’enseignement supérieur, qui conduit à une sélection sociale.

Glatigny doit garantir à chaque étudiant·e une place pour son blocus

Avec le dernier CODECO, la ministre de l’enseignement supérieur Valérie Glatigny (MR) a limité la présence des étudiant.e.s sur les campus pour les cours uniquement. Si c’est une très bonne chose que les cours restent en présentiel, les examens approchent à grands pas et les infrastructures des établissements ne suffisent pas pour accueillir tou.te.s les étudiant.e.s pour le blocus en temps de covid. Pourtant, c’est bien d’un bon cadre d’étude, de lien social et d’entraide dont les étudiant.e.s ont besoin. Sur chaque campus, la ministre doit garantir à chacun.e une place pour étudier dans des conditions de réussite.

La sélection renforcée par le test d’orientation de la ministre Glatigny (MR)

Le PTB et Comac s’opposent à l’instauration d’un test d’entrée, même sur base volontaire et non-contraignant, comme vient de l’annoncer la ministre de l’enseignement supérieur Valérie Glatigny. « C’est la première étape vers un test contraignant pour plus de sélection, comme cela a été le cas dans chaque faculté dans lesquelles des tests similaires ont été mis en place ces dernières années », dénoncent Anouk Vandevoorde, députée PTB, et Octave Daube, porte-parole de Comac (mouvement étudiant du PTB). « Ce test va d’abord pénaliser les étudiants de milieux populaires, comme le montre une étude de l’UHasselt. Les inégalités dans l’enseignement et la précarité sont les premières causes de l’échec, mais la ministre refuse d’y apporter une réponse ambitieuse. »

Cinq revendications pour lutter contre les violences faites aux femmes

On en a marre. Marre d’avoir peur. Les violences sexuelles touchent tout particulièrement les femmes du monde étudiant. Ça suffit. Selon une étude française, une 1 étudiante sur 20 déclare avoir subi un viol et 1 étudiante sur 10 une agression sexuelle. Dimanche, Mirabal organise une grande manif nationale contre les violences faites aux femmes. Avec Comac, on organise des départs groupés dans tout le pays et on amène 5 revendications.

COP26 : Le festival du Greenwashing des pays du Nord

La COP26 à Glasgow ne sauvera pas le climat. C'est un flop pour les pays du Sud et la population du monde entier, mais un succès pour l'industrie fossile et le capitalisme vert. L'Inde et la Chine se voient rejeter la faute par ceux qui nient leur propre responsabilité. La seule façon de sauver le climat est de construire un large mouvement incluant toute la population, et solidaire avec le Sud.

Action de blocage à la FEB : « Un signal à la veille de la COP26 »

Une centaine d’activistes climatiques de Comac, le mouvement étudiant du PTB, bloquent le siège de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB). A la veille de la COP26 à Glasgow, Comac souhaite envoyer un signal. « Nous n’avons plus de temps à perdre. Il est temps de s’en prendre aux multinationales polluantes plutôt qu’à la population comme le font les gouvernements avec leurs taxes vertes antisociales », explique le porte-parole de Comac, Octave Daube. « Le gouvernement doit imposer des normes contraignantes aux multinationales polluantes, et proposer des solutions collectives et sociales à la population. »

FAQ Go to Glasgow

En novembre, Comac se rendra à Glasgow avec plus de 200 étudiant·e·s pour faire entendre notre voix face aux multinationales et gouvernements qui bloquent les changements nécessaires pour résoudre la crise climatique. Tu as encore des questions sur le voyage ? On y répond dans cette FAQ !

Back to the Climate : après les inondations, il est temps pour une politique climatique ambitieuse

Deux ans après les manifestations pour le climat et à la veille du sommet international sur le climat à Glasgow, des dizaines de milliers de personnes descendront à nouveau dans les rues de Bruxelles le 10 octobre. Le climat est en bien mauvais état. La logique du marché et le morcellement des compétences dans notre pays nous ont déjà fait perdre trop de temps. Les taxes « vertes » nous éloignent de plus en plus d'une solution. Il est plus que temps de mettre en place une politique sociale et ambitieuse.

COP26 : Go to Glasgow !

Du 1er au 12 novembre, les dirigeant·e·s de 196 pays se rassembleront à Glasgow en Écosse pour la COP 26, la conférence annuelle sur le climat organisée par les Nations Unies. C’est le moment de leur rappeler que les grandes multinationales polluantes détruisent notre planète depuis bien trop longtemps. C’est pourquoi Comac organise un voyage à Glasgow pour se mettre en action et faire entendre notre voix. Save the climate, go to Glasgow !

Décret Paysage : Comac s’oppose à la réforme élitiste de Glatigny

La ministre Glatigny et la majorité PS-MR-Ecolo s’apprêtent à exclure des milliers d’étudiant.e.s de l’enseignement supérieur avec une réforme élitiste du décret Paysage. C'est une mauvaise réponse au réel problème de l'allongement de la durée des études. Au lieu d’aider les étudiant.e.s ayant plus de difficultés à réussir, cette réforme va les exclure plus rapidement.

Veux-tu changer le monde ?