Le président américain Donald Trump a entamé sa première tournée de visites à l’étranger. Sa toute première destination était l’Arabie saoudite, qui est depuis des décennies un allié fidèle mais controversé des États-Unis. En Arabie saoudite, Trump, son ministre des Affaires étrangères Rex Tillerson et une série de représentants de multinationales américaines ont conclu un nombre important d’accords d’affaires. Le plus spectaculaire de ceux-ci est un contrat de vente d’armements pour un montant de 110 milliards de dollars. Trump a également prononcé un discours dans lequel il a appelé les pays arabes à agir de manière plus dure envers l’Iran. Quelques jours avant sa visite à l’Otan, à Bruxelles, Trump a déjà fait augmenter la menace de guerre au Moyen-Orient et donné le ton pour une militarisation fortement accrue.

Le 17 mai, les étudiant.e.s, doyen.ne.s, recteur.rice.s et syndicalistes, flamand.e.s et francophones, ont sorti un communiqué de presse commun afin de dénoncer l'attitude de Maggie De Block concernant les études de médecine et la double cohorte. Elisa et Julien de Comac-Médecine font le point sur la situation

Le 8 mai dernier, Yves Poullet évoquait le besoin d’augmenter le minerval des étudiant.e.s. Si nous tirons le même constat sur le manque de moyens de notre enseignement supérieur, Comac s’oppose fermement à la position de l’ancien recteur de l’UNamur. Après avoir voulu aller prendre l’argent dans la poche des étaudiant.e.s étranger.e.s, c’est maintenant tou.te.s les étudiant.e.s qui se retrouvent dans la ligne de mire. Nous avons au contraire besoin de plus de financement public pour remettre l’accessibilité et la démocratisation au centre des priorités de notre enseignement.

Naomi Stocker, étudiante à la VUB et responsable de Comac VUB, porte plainte à la police et auprès de l'agent de déradicalisation de Dendermonde contre un visuel dégoûtant du vice-président des jeunes N-VA. Le dessin en question représente le viol de Naomi et l'exécution d'un autre étudiant progressiste de la VUB.

Le succès de la marche pour la solidarité et les droits humains le 23 mars à Gand fut inacceptable aux yeux des membres des organisations étudiantes NSV (nationalistes flamands) et KVHV (syndicat catholique) mais aussi pour les Jeunes N-VA et les jeunes du Vlaams Belang qui ont pris Comac pour cible. La N-VA veut museler Comac et quiconque critique la société.

Le 17 avril 2017, plus de 1500 prisonniers palestiniens entraient en grève de la faim sous le slogan « Liberté et Dignité ». Celle-ci, dernier moyen de protestation laissé aux prisonnier·e·s, vient alors que leurs droits les plus fondamentaux sont bafoués, comme en témoigne par ailleurs leurs revendications : des visites de membres de la famille, des soins médicaux appropriés et l’arrêt de conditions de détentions abusives telles que l’utilisation de cellules d’isolement et de détentions administratives. Ils font appel à la communauté internationale pour que soient menées des actions de solidarité avec eux et nombreux·ses sont celles et ceux qui ont répondu à leur appel.

Charlie Le Paige, président de Comac, le mouvement étudiant du PTB, était lundi 8 mai sur le plateau RTL pour débattre sur la victoire d'Emmanuel Macron en France et l'émergence du mouvement "En Marche" chez nous.
"Il n'y a pas de soutien populaire pour les politiques libérales d'Emmanuel Macron, ni en France, ni en Belgique", a-t-il insisté. Voir la vidéo

J’ai vu beaucoup de réactions sur ce qu'il s’est passé à la VUB le mardi 2 mai lors du blocage contre Theo Francken. J’ai vu circuler beaucoup d’amalgames est de fausses informations. J’ai vu un secrétaire d’État en profiter pour se placer en tant que victime de la censure et attaquer « l’extreme gauche » sur les réseaux sociaux. C'est pourquoi je souhaite mettre quelques points sur les « i ».

Dès la confirmation de la venue du président américain Donald Trump en Belgique, à l’occasion du sommet de l’OTAN le 24 mai, quatre jeunes Gantois ont lancé un événement Facebook « Protest March – Trump Not Welcome ». Il compte déjà près de 8 000 participants et 20 000 intéressés. Rencontre avec deux des organisateurs, Natalie Eggermont et Bakou Mertens.

Les récents propos anti-avortement de Stéphane Mercier ont fait polémique au sein de l'UCL et plus largement dans l'opinion publique. De nombreux∙ses étudiant∙e∙s ont réagi pour dénoncer ses propos tandis que l'université a suspendu ses cours et entamé une procédure disciplinaire à son encontre. Le professeur, soutenu par Rik Torfs (recteur de la KULeuven), tente de justifier la liberté d'oppression en évoquant la liberté d'expression.

Des actions ont lieu sur plusieurs campus de Belgique pour lutter contre la hausse du minerval des étudiant-e-s hors Union Européenne. En utilisant l’équité comme fausse excuse, la majorité PS-CDH et les recteurs font le choix d'une mesure discriminatoire qui menace l’accessibilité et pousse vers l'élitisation de notre enseignement supérieur. Comac soutient ces actions et appelle à la mobilisation contre une mesure injuste et dangereuse.

C'est le rendez-vous incontournable de l'été pour les membres de Comac de toute la Belgique. Une semaine du 1er au 7 juillet dans une réserve naturelle de Hoge Rielen dans la Province d'Anvers pour recharger ses batteries en fin d'année et vivre de belles expériences. Pas encore convaincu par cette brève introduction ? La suite de l'article est faite pour toi;-)

 Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles fait voter aujourd’hui l’instauration d’un examen d’entrée dès l’année prochaine pour les études de médecine afin de limiter drastiquement le nombre d’étudiants. « Instaurer un examen d’entrée est un recul inacceptable. Cela ne résout en rien les pénuries ou les problèmes pour les étudiants, et impose en outre un filtre social renforcé », réagit Charlie Le Paige, le président de Comac, l’organisation étudiante du PTB.

  Le concours musical de Comac « Make Music Not War » (Faites de la musique, pas la guerre), revient très bientôt dans votre ville étudiante ! L'année passée, Comac lançait ce concours musical afin de permettre à de jeunes artistes de présenter leur musique au public le plus large public ! Les pré-sélections se déroulent à Gand et à Louvain, à Liège et à Louvain-La-Neuve et, enfin, deux à Bruxelles. Lors de ces représentations, un gagnant sera désigné et pourra participer à la grande finale qui aura lieu à ManiFiesta, la Fête de la Solidarité. Comme son nom l’indique, « Make Music Not War » est aussi un concours engagé qui veut contribuer par la musique à montrer que face aux discours guerriers de Trump et de nos gouvernements, les jeunes souhaitent un monde de paix.

Au départ, la direction d'ISS ne voulait pas négocier, ni même recevoir les représentants des travailleurs. Après 3 jours de grève et un large soutien des étudiants et du personnel du l’ULB, les travailleurs d’ISS ont gagné de meilleures conditions de travail et deux de congé extra légaux payés.

En début d’année académique, on apprend que les critères d'accréditation des bourses sont modifiés. Les étudiants ont en effet, par leur combat, obtenu l’accès à une bourse à des milliers d’étudiants supplémentaires[1]. Pourtant, le Ministre de l’enseignement supérieur, Jean-Claude Marcourt, recherche par tous les moyens d’éviter d’augmenter les budgets des allocations d’études en révisant la manière de calculer les revenus de la famille. Ceux-ci seraient dorénavant plus stricts, ce qui exclut des milliers de jeunes de l'enseignement supérieur. Comac dénonce cette mesure qui attaque l'accessibilité aux études, et demande au contraire l'élargissement des budgets des bourses.
Tu ne sais pas par quel chemin te lancer à la conquête de tes syllabus ? Tu en as marre d'étudier tout.e seul.e et de succomber aux nombreuses tentations ? Tu désires étudier en groupe dans une ambiance agréable et prendre collectivement le stress à bras le corps ? Ça te plairait de rencontrer d'autres jeunes qui étudient la même chose que toi ? Tu aimerais être chouchouté.e par une équipe cuisine du tonnerre pendant cette période difficile. Tout cela est possible... à la bloque collective !

Presque tous les jours, le président américain Donald Trump signe une loi aux conséquences négatives pour le peuple, le climat ou la paix dans le monde. Ses porte-parole, eux, ne craignent pas de présenter au monde des « faits alternatifs » (lisez : mensonges). Voici cinq raisons importantes pour aller manifester le 24 mai prochain contre la venue de Trump
en Belgique.

Le 27 janvier dernier, dans un communiqué de presse commun, l’Université Libre de Bruxelles et la multinationale de la consultance McKinsey annonçaient la fin de leurs négociations. Celles-ci concernaient le possible soutien financier de l’entreprise dans la construction d’un nouveau bâtiment sur le campus de la Plaine en échange de pouvoir y installer ses bureaux belges. Retour sur cette lutte victorieuse.

La campagne Fossil Free est l'un des nouveaux cheval de bataille du mouvement climatique et arrive à présent sur nos campus. Elle vise à désinvestir dans les énergies fossiles afin de sauver le climat. A l'université de Gand, c'est la plateforme UGent1010 qui lance « Fossil Free Gent ». Leur nouveau président Bakou Mertens a pris le temps de répondre à nos questions.

En collaboration avec: