Depuis plusieurs jours, les médias du monde entier diffusent l'augmentation de la tension entre Israël et la Palestine. Hier, cent mille personnes étaient rassemblées dans les rues de Jérusalem en opposition au contrôle israélien de la mosquée Al-Aqsa, située dans la partie palestinienne de la ville. Trois jeunes Palestiniens ont été tués et plusieurs centaines d'autres blessés par la répression de l'armée israélienne lors de cette manifestation.

Le vice-président des Jeunes N-VA a dû démissionner après avoir posté un répugnant cartoon d’intimidation sur le profil Facebook d’une étudiante de gauche. Ce genre de choses se produit de plus en plus souvent. Cela cadre dans la stratégie pratiquée par la N-VA et le secrétaire d’État Theo Francken pour faire taire les voix critiques à leur encontre.

L’énergie nucléaire n’est pas une alternative à l’énergie fossile, bien au contraire. Et il faut en sortir au plus vite vu sa dangerosité. Les vieilles centrales nucléaires doivent immédiatement être fermées, comme Tihange 2 qui comporte 3 000 fissures ou Doel 3, qui en a plus de 13 000. C’est pourquoi le 25 juin prochain, 10 000 personnes formeront une chaîne humaine allant des Pays-Bas à Tihange en passant par l’Allemagne. Comac participe à cette mobilisation.

La semaine passée, ce sont deux mondes qui se sont croisés à Bruxelles. L’un de ces mondes était plein d’espoir, plein de vie, et cherchait des alternatives au statu quo. L’autre monde était figé, dépassé, et se cramponnait à des recettes avortées du siècle passé. Dans le premier de ces mondes se mouvaient des milliers de citoyens issus d’horizons divers, en majorité des jeunes, souriants et arborant sur des banderoles fabriquées par eux-mêmes des slogans dans toutes les langues, sur tous les tons et dans toutes les couleurs. Dans le deuxième monde, les seigneurs, principalement des vieux grisonnants en costume-cravate, s’en tenaient scrupuleusement au protocole. Alors qu’un de ces mondes était ouvert, pluriculturel, et se composait de gens normaux, l’autre était une bulle élitiste hermétiquement isolée du monde réel. Le premier monde était la marche de protestation contre Donald Trump, où les porte-paroles d’une jeune génération tournée vers l’avenir s’élevaient contre la haine et pour la paix. Le deuxième monde était le sommet de l’Otan, où les chefs d’État de 28 membres de l’Otan se rangeaient au sens propre et au sens figuré derrière Trump et ses projets de guerre destructifs.

Le président américain Donald Trump a entamé sa première tournée de visites à l’étranger. Sa toute première destination était l’Arabie saoudite, qui est depuis des décennies un allié fidèle mais controversé des États-Unis. En Arabie saoudite, Trump, son ministre des Affaires étrangères Rex Tillerson et une série de représentants de multinationales américaines ont conclu un nombre important d’accords d’affaires.

Le 17 mai, les étudiant.e.s, doyen.ne.s, recteur.rice.s et syndicalistes, flamand.e.s et francophones, ont sorti un communiqué de presse commun afin de dénoncer l'attitude de Maggie De Block concernant les études de médecine et la double cohorte. Elisa et Julien de Comac-Médecine font le point sur la situation

Le 8 mai dernier, Yves Poullet évoquait le besoin d’augmenter le minerval des étudiant.e.s. Si nous tirons le même constat sur le manque de moyens de notre enseignement supérieur, Comac s’oppose fermement à la position de l’ancien recteur de l’UNamur. Après avoir voulu aller prendre l’argent dans la poche des étaudiant.e.s étranger.e.s, c’est maintenant tou.te.s les étudiant.e.s qui se retrouvent dans la ligne de mire. Nous avons au contraire besoin de plus de financement public pour remettre l’accessibilité et la démocratisation au centre des priorités de notre enseignement.

Naomi Stocker, étudiante à la VUB et responsable de Comac VUB, porte plainte à la police et auprès de l'agent de déradicalisation de Dendermonde contre un visuel dégoûtant du vice-président des jeunes N-VA. Le dessin en question représente le viol de Naomi et l'exécution d'un autre étudiant progressiste de la VUB.

Les charges de Donald Trump contre les accords de libre-échange, ainsi que ses promesses d’instaurer des droits de douane de 45 % sur les produits chinois, ont fait le tour du monde et ont été déterminantes pour son élection. Cela veut-il dire que sa politique ira dans l’intérêt des travailleurs américains ?

Le succès de la marche pour la solidarité et les droits humains le 23 mars à Gand fut inacceptable aux yeux des membres des organisations étudiantes NSV (nationalistes flamands) et KVHV (syndicat catholique) mais aussi pour les Jeunes N-VA et les jeunes du Vlaams Belang qui ont pris Comac pour cible. La N-VA veut museler Comac et quiconque critique la société.

Le 17 avril 2017, plus de 1500 prisonniers palestiniens entraient en grève de la faim sous le slogan « Liberté et Dignité ». Celle-ci, dernier moyen de protestation laissé aux prisonnier·e·s, vient alors que leurs droits les plus fondamentaux sont bafoués, comme en témoigne par ailleurs leurs revendications : des visites de membres de la famille, des soins médicaux appropriés et l’arrêt de conditions de détentions abusives telles que l’utilisation de cellules d’isolement et de détentions administratives. Ils font appel à la communauté internationale pour que soient menées des actions de solidarité avec eux et nombreux·ses sont celles et ceux qui ont répondu à leur appel.

Charlie Le Paige, président de Comac, le mouvement étudiant du PTB, était lundi 8 mai sur le plateau RTL pour débattre sur la victoire d'Emmanuel Macron en France et l'émergence du mouvement "En Marche" chez nous.
"Il n'y a pas de soutien populaire pour les politiques libérales d'Emmanuel Macron, ni en France, ni en Belgique", a-t-il insisté. Voir la vidéo

J’ai vu beaucoup de réactions sur ce qu'il s’est passé à la VUB le mardi 2 mai lors du blocage contre Theo Francken. J’ai vu circuler beaucoup d’amalgames est de fausses informations. J’ai vu un secrétaire d’État en profiter pour se placer en tant que victime de la censure et attaquer « l’extreme gauche » sur les réseaux sociaux. C'est pourquoi je souhaite mettre quelques points sur les « i ».

Dès la confirmation de la venue du président américain Donald Trump en Belgique, à l’occasion du sommet de l’OTAN le 24 mai, quatre jeunes Gantois ont lancé un événement Facebook « Protest March – Trump Not Welcome ». Il compte déjà près de 8 000 participants et 20 000 intéressés. Rencontre avec deux des organisateurs, Natalie Eggermont et Bakou Mertens.

Les récents propos anti-avortement de Stéphane Mercier ont fait polémique au sein de l'UCL et plus largement dans l'opinion publique. De nombreux∙ses étudiant∙e∙s ont réagi pour dénoncer ses propos tandis que l'université a suspendu ses cours et entamé une procédure disciplinaire à son encontre. Le professeur, soutenu par Rik Torfs (recteur de la KULeuven), tente de justifier la liberté d'oppression en évoquant la liberté d'expression.

Des actions ont lieu sur plusieurs campus de Belgique pour lutter contre la hausse du minerval des étudiant-e-s hors Union Européenne. En utilisant l’équité comme fausse excuse, la majorité PS-CDH et les recteurs font le choix d'une mesure discriminatoire qui menace l’accessibilité et pousse vers l'élitisation de notre enseignement supérieur. Comac soutient ces actions et appelle à la mobilisation contre une mesure injuste et dangereuse.

C'est le rendez-vous incontournable de l'été pour les membres de Comac de toute la Belgique. Une semaine du 1er au 7 juillet dans une réserve naturelle de Hoge Rielen dans la Province d'Anvers pour recharger ses batteries en fin d'année et vivre de belles expériences. Pas encore convaincu par cette brève introduction ? La suite de l'article est faite pour toi;-)

 Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles fait voter aujourd’hui l’instauration d’un examen d’entrée dès l’année prochaine pour les études de médecine afin de limiter drastiquement le nombre d’étudiants. « Instaurer un examen d’entrée est un recul inacceptable. Cela ne résout en rien les pénuries ou les problèmes pour les étudiants, et impose en outre un filtre social renforcé », réagit Charlie Le Paige, le président de Comac, l’organisation étudiante du PTB.

  Le concours musical de Comac « Make Music Not War » (Faites de la musique, pas la guerre), revient très bientôt dans votre ville étudiante ! L'année passée, Comac lançait ce concours musical afin de permettre à de jeunes artistes de présenter leur musique au public le plus large public ! Les pré-sélections se déroulent à Gand et à Louvain, à Liège et à Louvain-La-Neuve et, enfin, deux à Bruxelles. Lors de ces représentations, un gagnant sera désigné et pourra participer à la grande finale qui aura lieu à ManiFiesta, la Fête de la Solidarité. Comme son nom l’indique, « Make Music Not War » est aussi un concours engagé qui veut contribuer par la musique à montrer que face aux discours guerriers de Trump et de nos gouvernements, les jeunes souhaitent un monde de paix.

Au départ, la direction d'ISS ne voulait pas négocier, ni même recevoir les représentants des travailleurs. Après 3 jours de grève et un large soutien des étudiants et du personnel du l’ULB, les travailleurs d’ISS ont gagné de meilleures conditions de travail et deux de congé extra légaux payés.

En collaboration avec: