Pukkelpop

'Coupons les mains, le Congo est à nous'. Ce qui s'est passé au Pukkelpop illustre bien le problème que les crimes de la colonisation du Congo sont à peine abordés dans l'enseignement. Comac, le mouvement étudiant du PTB, estime que cela doit faire partie du programme d'enseignement en secondaire et dans le supérieur.

La police d'Hasselt a décidé de libérer 6 agents afin de screener en permanence les festivaliers du Pukkelpop sur les réseaux sociaux. Les agents auront officiellement pour tâche de débusquer les bagarreurs, les dealers et … les terroristes. Comac, le mouvement de jeunes du PTB, s'interroge sérieusement sur ces mesures. Sans réelle justification, elles deviennent de plus en plus intrusives et répressives. Comme le montre aussi l'élargissement de l'utilisation des amendes SAC contre les jeunes dans de nombreuses communes. Plus encore, le mouvement de jeunes se pose des questions sur les buts réels de la police locale. Pour ceux qui seront attrapés il y a aura en effet dorénavant un bancontact portable pour payer son amende. Le but est-il diminuer la consommation de drogue et d'assurer la sécurité, ou bien trouver des moyens d'encaisser rapidement de l'argent ?

Subscribe to RSS - Pukkelpop

Comac logo© Comac Étudiants 2018.

Privacy

En collaboration avec: