Enquête Test-Achats sur l’épargne des ménages: Comac défend la diminution du coût des études pour répondre à l’urgence sociale

Plus de 2 ménages sur 3 ont des difficultés à épargner selon les révélations de Test Achats aujourd’hui. Le coût de l’enseignement supérieur ferait partie du problème. Comac, le mouvement étudiant du PTB, avance 3 pistes concrètes pour répondre à l’urgence sociale et maintenir un accès à l’éducation pour toutes et tous : la diminution du minerval, l’encadrement des loyers des kots étudiants et l’octroi automatique de l’aide sociale pour tout étudiant remplissant les critères.

L’enquête de Test-Achats révèle que plus de 75 % des ménages ont soit du mal, soit sont dans l’impossibilité d’épargner1 et ce à cause de dépenses trop importantes. La 3ème dépense la plus préoccupante pour les ménages est le coût de l’enseignement supérieur de leurs enfants.

« Cela colle à ce qu’on constate depuis des années sur le terrain » commente Caroline de Bock, spécialiste du dossier enseignement supérieur pour Comac. « Les chiffres sont là : une année d’étude coûte entre 8 000 et 14 000 euros! Il est clair que de nombreuses familles ne savent pas fournir un tel investissement. On se retrouve alors avec un double constat : l’enseignement devient de moins en moins accessible aux enfants des travailleurs, et d’autre part ceux qui tentent quand même l’aventure malgré les risques financiers tombent rapidement dans une situation de précarité » explique Caroline.

Les chiffres sont effectivement alarmants. Ces 15 dernières années, le nombre d’étudiants au CPAS a été multiplié par 7, et 1 étudiant sur 4 travaille pour payer ses études. Dans le programme du PTB auquel Comac a contribué, 3 pistes principales sont avancées : la diminution du minerval, l’encadrement des loyers des kots étudiants et l’octroi automatique de l’aide sociale pour tout étudiant remplissant les critères.

« Nous voulons diminuer les frais d’inscription, dans le but d’atteindre la gratuité totale du minerval, comme c’est déjà le cas dans d’autres pays européens (pays Scandinaves, Autriche, certains Lander allemands, etc.) » commente Caroline. Le programme du PTB défend également l’octroi automatique des bourses. « Le système actuel est défaillant et arbitraire » estime Caroline de Bock « Une famille doit faire toutes les démarches pour obtenir une bourse d’étude, et leur demande n’est traitée que 6 mois (au mieux) après le début de l’année scolaire. De plus, nombreuses sont les familles qui n’obtiennent pas ce droit pour cause de manque d’information. Un octroi automatique permettrait de rendre ce droit effectif » affirme Caroline.

Le logement représente également un coût important. « Nous proposons d’établir un plan de construction de logements étudiants publics, en fonction des besoins, et nous plaidons pour un encadrement des loyers, réalisé sur base d’une grille avec des critères objectifs (surface, situation, état du « kot », etc.). ».

 

1https://www.lesoir.be/211484/article/2019-03-11/barometre-test-achats-deux-menages-sur-trois-peinent-epargner

2https://www.lalibre.be/actu/belgique/chaque-annee-plus-de-6-000-etudiantes-se-prostituent-5a674dbecd7083db8bb936e8

3https://www.laligue.be/association/communique/cp-allocations-d-etude

 

Rejoins-nous sur What's App : deviens Apptivist !