Actualité

Pour le changer, ce monde, il faut d’abord le comprendre. C'est pourquoi, chaque année, avec Comac, nous organisons l'École Karl Marx. Un week-end plein de discussions sur le monde d'aujourd'hui et sur comment nous allons le changer. L’occasion de suivre des dizaines de formations sur un large éventail de thèmes, d’assister à des conférences passionnantes le soir et de rencontrer des jeunes et des étudiants venus de tout le pays.
« Le capitalisme est en guerre contre le climat » est une célèbre citation de l’auteure et journaliste canadienne Naomi Klein. En réalité, l’humanité est confrontée à un choix simple : se réconcilier avec les lois dictées par la nature, ou continuer à obéir aux lois du marché. Il est impossible de concilier les deux.
En septembre dernier, l’ULB et la VUB ont inauguré une nouvelle chaire en économie circulaire. Pour cela, les deux universités bruxelloises se sont alliées avec la Fédération des Entreprises de Belgique. Selon leur site Internet, cette chaire vise à « développer des stratégies d’entreprise destinées à faciliter l’économie circulaire ». Les chercheurs mettent ainsi l’accent sur les progrès écologiques qu’elle permettrait. On peut cependant émettre plusieurs critiques sur le caractère innovant et durable de cette formation.
Nous pouvons encore limiter le changement climatique à 1,5 °C mais tout le monde doit s’y mettre maintenant. Tel est le message central du dernier rapport que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Jean-Pascal Van Ypersele, climatologue belge ex-Vice-président du GIEC, affirme : « Nous avons besoin d’une révolution. »
Depuis 30 ans déjà, l’élite politique du monde entier a la possibilité d’enclencher un revirement vers une économie durable. Il serait très naïf d’espérer que, de lui-même, le sommet climatique en Pologne aboutira à de bons résultats. C’est par l’action et la mobilisation que nous pourrons mettre les négociateurs sous pression.
Récemment, le débat sur la colonisation a refait surface. Après les chants racistes scandés au Pukkelpop, certaines personnes sont allées jusqu’à défendre ouvertement le colonialisme. Aujourd’hui encore, enseigner la colonisation n’est pas obligatoire dans l’enseignement secondaire. De nombreuses statues de Léopold II trônent encore dans nos villes et les hommages au passé colonial ne sont pas rares. Pour comprendre ce débat sur la colonisation, ses origines et la perpétuation du racisme, nous devons étudier attentivement son histoire et analyser les intérêts qui sont à la base de la colonisation.
Des discussions importantes ont lieu depuis plusieurs mois à propos de l’avenir de notre enseignement entre dirigeants d’entreprises, politiques et recteurs. Avec une augmentation du minerval et la sélection parmi les mesures proposées, qui pourraient donc être imposées lors de la prochaine législature.

Tu ne sais pas par quel chemin te lancer à la conquête de tes syllabus ? Tu en as marre d'étudier tout.e seul.e et de succomber aux nombreuses tentations ? Tu désires étudier en groupe dans une ambiance agréable et prendre collectivement le stress à bras le corps ? Ça te plairait de rencontrer d'autres jeunes qui étudient la même chose que toi ? Tu aimerais être chouchouté.e par une équipe cuisine du tonnerre pendant cette période difficile. Tout cela est possible... à la bloque collective !

Il y a quelques jours, l’ULB et et la VUB annonçaient l’inauguration d’une nouvelle chaire FEB (Fédération des Entreprises Belges) sur l’économie circulaire. Sur le fond de cette invitation, le dessin d’une ville envahie par la nature, une belle et douce image censée représenter le potentiel novateur de cette nouvelle chaire dans la recherche pour sauver le climat. La FEB se préoccuperait-elle du climat ? Veut-elle investir dans une éducation qui reposerait véritablement sur les besoins de la population et de la planète ? Analyse.

'Coupons les mains, le Congo est à nous'. Ce qui s'est passé au Pukkelpop illustre bien le problème que les crimes de la colonisation du Congo sont à peine abordés dans l'enseignement. Comac, le mouvement étudiant du PTB, estime que cela doit faire partie du programme d'enseignement en secondaire et dans le supérieur.

Pages

Comac logo© Comac Étudiants 2018.

Privacy

En collaboration avec: