Enseignement

Depuis le 20 avril, les étudiants occupent les rectorats de l’UCL et de l’ULB. En cause, l’augmentation du minerval des étudiants hors-UE venus étudiés en Belgique. Celui-ci est passé cette année de 2758 € à 4175€, et pourrait plafonner à l’avenir à 12.525€, soit 15 fois le montant initial de 835 € réclamé aux étudiants résidents en Europe. Après 2 semaines de luttes, les recteurs maintiennent l’augmentation mais cèdent sur plusieurs points. Une première étape, à poursuivre jusqu’à l’obtention d’un minerval égal pour tout.e.s les étudiant.e.s. Pour cela, il est nécessaire d’élargir ce mouvement contre cette mesure inbuvable.
Des actions ont lieu sur plusieurs campus de Belgique pour lutter contre la hausse du minerval des étudiant-e-s hors Union Européenne. En utilisant l’équité comme fausse excuse, la majorité PS-CDH et les recteurs font le choix d'une mesure discriminatoire qui menace l’accessibilité et pousse vers l'élitisation de notre enseignement supérieur. Comac soutient ces actions et appelle à la mobilisation contre une mesure injuste et dangereuse.

 Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles fait voter aujourd’hui l’instauration d’un examen d’entrée dès l’année prochaine pour les études de médecine afin de limiter drastiquement le nombre d’étudiants. « Instaurer un examen d’entrée est un recul inacceptable. Cela ne résout en rien les pénuries ou les problèmes pour les étudiants, et impose en outre un filtre social renforcé », réagit Charlie Le Paige, le président de Comac, l’organisation étudiante du PTB.

Le 27 janvier dernier, dans un communiqué de presse commun, l’Université Libre de Bruxelles et la multinationale de la consultance McKinsey annonçaient la fin de leurs négociations. Celles-ci concernaient le possible soutien financier de l’entreprise dans la construction d’un nouveau bâtiment sur le campus de la Plaine en échange de pouvoir y installer ses bureaux belges. Retour sur cette lutte victorieuse.

C’est devenu un rituel : tous les trois ans, les résultats des tests PISA sont rendus publics. Et, tous les trois ans, la presse et les politiques se lamentent sur les scores pas terribles des petits francophones, alors que la presse néerlandophone se félicite des scores au Nord du pays. En oubliant souvent la leçon principale des tests : les inégalités criantes de nos systèmes éducatifs.

L'université est un lieu de formation, de recherche, mais aussi de débat et de discussions sur le monde dans lequel nous vivons. Des débats qui ont pour but de former les étudiants à l'esprit critique, à réfléchir aux impasses du monde actuel, pour l'améliorer. Un lieu où, depuis quelques mois, les débats sont difficiles depuis que l'ULg a rendu payant l'accès aux salles de conférence pour les cercles étudiants. Comac s'oppose à cette limitation du débat suivant qui a les moyens de l'organiser, et défend sa vision d'une université démocratique.

Pages

Subscribe to RSS - Enseignement

En collaboration avec: