Enseignement

Tu ne sais pas par quel chemin te lancer à la conquête de tes syllabus ? Tu en as marre d'étudier tout.e seul.e et de succomber aux nombreuses tentations ? Tu désires étudier en groupe dans une ambiance agréable et prendre collectivement le stress à bras le corps ? Ça te plairait de rencontrer d'autres jeunes qui étudient la même chose que toi ? Tu aimerais être chouchouté.e par une équipe cuisine du tonnerre pendant cette période difficile. Tout cela est possible... à la bloque collective !

Les autorités de l’ULB ont décidé, la semaine dernière, de rendre la location de locaux systématiquement payante, et d’en augmenter le prix. Les cercles devront donc payer pour réserver la plupart des auditoires afin d'y faire leurs conférences, ateliers, semaines culturelles, festivals estudiantins. Par exemple, avec ce nouveau système, la conférence sur l’écologie organisée par comac le 8 novembre dernier aurait dû couter plus de 400 euros, sans compter le matériel à louer (micro etc.) qui deviendrait lui aussi payant.

Le 17 novembre, pour la journée internationale des étudiants, une plate-forme contre la précarité étudiante appelle à manifester afin de dénoncer la précarité grandissante des jeunes aux études, et proposer des alternatives. Pour lutter contre les inégalités sociales, Comac propose un enseignement gratuit pour un droit à l’éducation pour tous.
Depuis le 20 avril, les étudiants occupent les rectorats de l’UCL et de l’ULB. En cause, l’augmentation du minerval des étudiants hors-UE venus étudiés en Belgique. Celui-ci est passé cette année de 2758 € à 4175€, et pourrait plafonner à l’avenir à 12.525€, soit 15 fois le montant initial de 835 € réclamé aux étudiants résidents en Europe. Après 2 semaines de luttes, les recteurs maintiennent l’augmentation mais cèdent sur plusieurs points. Une première étape, à poursuivre jusqu’à l’obtention d’un minerval égal pour tout.e.s les étudiant.e.s. Pour cela, il est nécessaire d’élargir ce mouvement contre cette mesure inbuvable.
Des actions ont lieu sur plusieurs campus de Belgique pour lutter contre la hausse du minerval des étudiant-e-s hors Union Européenne. En utilisant l’équité comme fausse excuse, la majorité PS-CDH et les recteurs font le choix d'une mesure discriminatoire qui menace l’accessibilité et pousse vers l'élitisation de notre enseignement supérieur. Comac soutient ces actions et appelle à la mobilisation contre une mesure injuste et dangereuse.

 Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles fait voter aujourd’hui l’instauration d’un examen d’entrée dès l’année prochaine pour les études de médecine afin de limiter drastiquement le nombre d’étudiants. « Instaurer un examen d’entrée est un recul inacceptable. Cela ne résout en rien les pénuries ou les problèmes pour les étudiants, et impose en outre un filtre social renforcé », réagit Charlie Le Paige, le président de Comac, l’organisation étudiante du PTB.

Pages

Subscribe to RSS - Enseignement

En collaboration avec: