Sexisme

La politique extrémiste de libre marché est en train de détruire le peu de décence qui subsistait dans notre société : elle rend l'enseignement supérieur toujours plus cher, puis les défenseurs de ce libre marché recommandent aux étudiantes de recourir aux sugar daddies pour payer leurs études. Dans un pays moderne et prospère comme la Belgique, une telle situation ne devrait-elle pas être impensable ?

Pour la rentrée académique, le site RichMeetBeautiful.be a lancé une campagne de publicité avec des panneaux mobiles aux alentours des campus étudiants proposant aux « jeunes étudiantes » de « hausser leur niveau de vie en sortant avec un sugar daddy ». Comac, le mouvement étudiant du PTB, appelle à se mobiliser contre cette campagne et à se rassembler à l'occasion de la réunion du Jury d'Ethique Publicitaire qui traitera les plaintes le mardi 3 octobre à midi rue Bara.

Le 3 avril 1990, suite à des luttes sociales menées par les mouvements féministes belges, l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) est partiellement dépénalisée en Belgique. Où en sommes-nous aujourd’hui et quelles sont les perspectives pour que les femmes puissent réellement avoir la liberté de prendre elles-mêmes les décisions qui concernent leur corps et leur maternité ?

« C’est une très mauvaise idée de faire travailler votre épouse », « Vous devez les traiter comme de la merde », « Moi, je les attrape par la chatte »… Ces propos dégradants tenus par Trump durant sa campagne électorale ont commencé à trouver leur traduction en mesures politiques, servies par une idéologie réactionnaire et des intérêts économiques particuliers.

En automne 2014, une décision prise par la Région wallonne a fait reculer la condition des femmes 30 ans dans le passé. Désormais, les pilules contraceptives ainsi que les pilules du lendemain ne peuvent plus être distribuées au sein des plannings familiaux. Quelles sont les répercussions d'une telle loi sur les femmes et leur droit à disposer de leur corps ?

Le doyen de la Faculté de psychologie (!) de la VUB, Willem Elias, a reproché aux femmes victimes de viol de ne pas toujours porter plainte directement après les faits. Suite à ses propos, la toile s’est enflammée et une jeune femme victime de viol a témoigné dans une vidéo Youtube. Réaction de Mara De Belder, ancienne présidente de Comac VUB et ancienne étudiante de ce professeur à la réputation sexiste

Pages

Subscribe to RSS - Sexisme

En collaboration avec: