libre-échange

Les charges de Donald Trump contre les accords de libre-échange, ainsi que ses promesses d’instaurer des droits de douane de 45 % sur les produits chinois, ont fait le tour du monde et ont été déterminantes pour son élection. Cela veut-il dire que sa politique ira dans l’intérêt des travailleurs américains ?

Face à la contestation croissante contre le TTIP, le traité de libre-échange entre l'Union européenne et les États-Unis, plusieurs dirigeants européens parlent de postposer les négociations. Mais il ne faudrait pas que cela serve un autre agenda : faire adopter rapidement le CETA, négocié entre l'UE et le Canada, qui banaliserait le bœuf aux hormones.

Greenpeace Pays-Bas a publié 248 pages de documents confidentiels qui servent de base au 13e round de négociations du traité de libre-échange entre les États-Unis et l’Union européenne (TTIP). Ces documents du TTIPLeaks confirment les craintes du mouvement social et contredisent les déclarations de la commissaire européenne Cecilia Malmström devant le Parlement belge. A l'heure où la résistance s'organise sur tout le continent européen, cela renforce encore la détermination pour faire avorter ce projet de traité. Les mois à venir seront cruciaux et la résistance s'organise en Belgique aussi.

Comac et le PTB appellent à se mobiliser le vendredi 24 à 13h devant le parlement bruxelles (place Saint-Jean, 1000 Bruxelles). Ce jour là, le PTB demandera lors du vote sur le TTIP le 24 avril au parlement bruxellois que Bruxelles se déclare « zone hors-TTIP ». « Alors que Liège et Tournai ainsi que de nombreuses communes belges l'ont déjà fait, le parti de gauche veut que la Région franchisse également ce cap. » Mathilde El Bakri, député bruxelloise du PTB.

Malgré les contestations grandissantes, les négociations concernant le grand traité de libre-échange entre les Etats-Unis et l'Union européenne (TTIP) continuent à avancer. Ce traité qui se négocie en toute opacité avec l'appui des grandes multinationales européennes et américaines est clairement une menace directe tant pour les droits sociaux de la population que pour les normes environnementales et sanitaire. Face à cela, la mobilisation s'organise. Alors que le traité est combattu par de plus en plus d'associations et de syndicats, une initiative européenne a déjà récoltée plus d'un million et demi de signatures. Un large appel à une journée d'action internationale le 18 avril a été lancé. En Belgique il est relayé par les plateformes D19-20, Tout Autre Chose, Hart Boven Hard et Acteurs des Temps Présents. Le PTB et Comac apellent à participer, retrouvez le programme ci-dessous.

Subscribe to RSS - libre-échange

En collaboration avec: