Robin Bruyere

Français
Le 24 octobre sortait un rapport d’experts piloté par l’ARES intitulé « Horizon 2030 », pour guider les responsables politiques vers un enseignement « plus adapté » à la société et au marché du travail. Le rapport prône entre autres choses la mise en place de tests d’orientation obligatoires à l’entrée de l’université. Ce test d'orientation conduirait déjà à une forme de sélection sociale et ne serait qu'une première étape vers la sélection pure et simple.
Depuis le 20 avril, les étudiants occupent les rectorats de l’UCL et de l’ULB. En cause, l’augmentation du minerval des étudiants hors-UE venus étudiés en Belgique. Celui-ci est passé cette année de 2758 € à 4175€, et pourrait plafonner à l’avenir à 12.525€, soit 15 fois le montant initial de 835 € réclamé aux étudiants résidents en Europe. Après 2 semaines de luttes, les recteurs maintiennent l’augmentation mais cèdent sur plusieurs points. Une première étape, à poursuivre jusqu’à l’obtention d’un minerval égal pour tout.e.s les étudiant.e.s. Pour cela, il est nécessaire d’élargir ce mouvement contre cette mesure inbuvable.

  Le concours musical de Comac « Make Music Not War » (Faites de la musique, pas la guerre), revient très bientôt dans votre ville étudiante ! L'année passée, Comac lançait ce concours musical afin de permettre à de jeunes artistes de présenter leur musique au public le plus large public ! Les pré-sélections se déroulent à Gand et à Louvain, à Liège et à Louvain-La-Neuve et, enfin, deux à Bruxelles. Lors de ces représentations, un gagnant sera désigné et pourra participer à la grande finale qui aura lieu à ManiFiesta, la Fête de la Solidarité. Comme son nom l’indique, « Make Music Not War » est aussi un concours engagé qui veut contribuer par la musique à montrer que face aux discours guerriers de Trump et de nos gouvernements, les jeunes souhaitent un monde de paix.

En début d’année académique, on apprend que les critères d'accréditation des bourses sont modifiés. Les étudiants ont en effet, par leur combat, obtenu l’accès à une bourse à des milliers d’étudiants supplémentaires[1]. Pourtant, le Ministre de l’enseignement supérieur, Jean-Claude Marcourt, recherche par tous les moyens d’éviter d’augmenter les budgets des allocations d’études en révisant la manière de calculer les revenus de la famille. Ceux-ci seraient dorénavant plus stricts, ce qui exclut des milliers de jeunes de l'enseignement supérieur. Comac dénonce cette mesure qui attaque l'accessibilité aux études, et demande au contraire l'élargissement des budgets des bourses.
L'université est un lieu de formation, de recherche, mais aussi de débat et de discussions sur le monde dans lequel nous vivons. Des débats qui ont pour but de former les étudiants à l'esprit critique, à réfléchir aux impasses du monde actuel, pour l'améliorer. Un lieu où, depuis quelques mois, les débats sont difficiles depuis que l'ULg a rendu payant l'accès aux salles de conférence pour les cercles étudiants. Comac s'oppose à cette limitation du débat suivant qui a les moyens de l'organiser, et défend sa vision d'une université démocratique.

Après un mois de campagne, 8000 pétitions signées, une haute-école en mouvement et 450 étudiants présents lors du rassemblement de solidarité, la pression était trop forte sur l'état belge. Celui-ci a annoncé que l'ordre de quitter le territoire reçu par la famille Agaoglu avait été annulé. Les étudiants continuent la lutte pour la régularisation définitive de la famille.

Pages

Subscribe to RSS - Robin Bruyere

En collaboration avec: