Max Vancauwenberge

Français
« 14 personnes arrêtées ce matin dans le parc Maximilien et 9 dans la gare du Nord, 3 affirment être mineurs. Selon la police, presque plus personne dans le parc. #opkuisen (nettoyer) »1 posta le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration Theo Francken sur Facebook aujourd'hui. Depuis plus d'une semaine, le ministre de l'Intérieur Jan Jambon organise des opérations policières de razzia afin de chasser les migrants du parc Maximilien. Comac se rend tous les vendredis sur place depuis quelques semaines pour distribuer un petit-déjeuner de solidarité aux personnes dans le parc. Retour sur la situation.
Dès la confirmation de la venue du président américain Donald Trump en Belgique, à l’occasion du sommet de l’OTAN le 24 mai, quatre jeunes Gantois ont lancé un événement Facebook « Protest March – Trump Not Welcome ». Il compte déjà près de 8 000 participants et 20 000 intéressés. Rencontre avec deux des organisateurs, Natalie Eggermont et Bakou Mertens.
Près de 400 personnes, en majorité des étudiants, se sont mobilisées le jeudi 23 mars dernier, à l'occasion de la venue du secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration Theo Francken à l'université de Gand, où il était invité pour donner une conférence. Marta Maes et Onno Vandewalle, organisateurs de la marche pour la solidarité et les droits humains, souhaitaient de cette manière faire entendre « la voix du #9000solidair », faisant ainsi référence au caractère progressiste et rebelle de la ville de Gand.

La campagne Fossil Free est l'un des nouveaux cheval de bataille du mouvement climatique et arrive à présent sur nos campus. Elle vise à désinvestir dans les énergies fossiles afin de sauver le climat. A l'université de Gand, c'est la plateforme UGent1010 qui lance « Fossil Free Gent ». Leur nouveau président Bakou Mertens a pris le temps de répondre à nos questions.

Francken refuse obstinément d'accorder un visa humanitaire à une famille d'Alep en Syrie, afin de lui permettre de venir légalement en Europe et d'y demander l'asile. Une décision de justice l'y oblige pourtant, dans le cadre des obligations internationales de la Belgique.

Le 18 mars dernier, l’Union Européenne concluait un accord avec la Turquie pour empêcher les réfugiés de venir en Europe. Un accord immédiatement dénoncé par Amnesty International qui a publié des preuves de l’illégalité de l’accord et du non-respect des droits des réfugiés en Turquie. Mais pour Théo Francken, « il [n’est] pas question de nous opposer à la conclusion d’un accord avec la Turquie » tant qu’il permet d’empêcher les réfugiés d’arriver en Europe.

Pages

Subscribe to RSS - Max Vancauwenberge

En collaboration avec: