Artikels

Tu ne sais pas par quel chemin te lancer à la conquête de tes syllabus ? Tu en as marre d'étudier tout.e seul.e et de succomber aux nombreuses tentations ? Tu désires étudier en groupe dans une ambiance agréable et prendre collectivement le stress à bras le corps ? Ça te plairait de rencontrer d'autres jeunes qui étudient la même chose que toi ? Tu aimerais être chouchouté.e par une équipe cuisine du tonnerre pendant cette période difficile. Tout cela est possible... à la bloque collective !

1.Make Music Not War est un concours de musique pour des jeunes artistes et groupes, organisé par Comac dans le cadre de ManiFiesta, la fête annuelle de la solidarité à Bredene-aan-zee;

2. Ce concours offre aux artistes et groupes l’opportunité de présenter leur travail à un public plus large et donc de contribuer à la diffusion et la promotion des travaux de jeunes musiciens et promouvoir la musique belge d'aujourd'hui;

  Le concours musical de Comac « Make Music Not War » (Faites de la musique, pas la guerre), revient très bientôt dans votre ville étudiante ! L'année passée, Comac lançait ce concours musical afin de permettre à de jeunes artistes de présenter leur musique au public le plus large public ! Les pré-sélections se déroulent à Gand et à Louvain, à Liège et à Louvain-La-Neuve et, enfin, deux à Bruxelles. Lors de ces représentations, un gagnant sera désigné et pourra participer à la grande finale qui aura lieu à ManiFiesta, la Fête de la Solidarité. Comme son nom l’indique, « Make Music Not War » est aussi un concours engagé qui veut contribuer par la musique à montrer que face aux discours guerriers de Trump et de nos gouvernements, les jeunes souhaitent un monde de paix.

Au départ, la direction d'ISS ne voulait pas négocier, ni même recevoir les représentants des travailleurs. Après 3 jours de grève et un large soutien des étudiants et du personnel du l’ULB, les travailleurs d’ISS ont gagné de meilleures conditions de travail et deux de congé extra légaux payés.

En début d’année académique, on apprend que les critères d'accréditation des bourses sont modifiés. Les étudiants ont en effet, par leur combat, obtenu l’accès à une bourse à des milliers d’étudiants supplémentaires[1]. Pourtant, le Ministre de l’enseignement supérieur, Jean-Claude Marcourt, recherche par tous les moyens d’éviter d’augmenter les budgets des allocations d’études en révisant la manière de calculer les revenus de la famille. Ceux-ci seraient dorénavant plus stricts, ce qui exclut des milliers de jeunes de l'enseignement supérieur. Comac dénonce cette mesure qui attaque l'accessibilité aux études, et demande au contraire l'élargissement des budgets des bourses.

La section anversoise de Comac organisait le mardi 7 mars dernier une soirée d'information à propos des conditions de détention des prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes, dans le cadre de la Israëli Apartheid Week. Le panel des intervenants était assez ambitieux avec notamment l'activiste américaine Charlotte Kates comme invitée de marque. La soirée fut un succès, malgré la tentative de censure d'un cercle étudiant sympathisant de la politique israélienne.

Cette année la journée internationale prend un nouvel élan avec l'appel à la grève des femmes « Day without women » dans une cinquantaine de pays. Cet appel provient de la coordination entre plusieurs luttes de grande ampleur ces derniers mois dans le monde. En ce jour, des femmes et des hommes vont se mobiliser de manières diverses sous le message « la solidarité est notre arme » partout dans le monde. En France, pour dénoncer l'inégalité salariale les femmes sont appelées à arrêter le travail à 15h40, puisqu'il s'agit de la durée de travail pour laquelle elles sont payées à l'égal de l'homme. En Belgique la situation est similaire, c'est à 15h49 que nous devrions quitter nos lieux de travail. A Louvain-la-neuve un marche aura lieu ce midi également.

Presque tous les jours, le président américain Donald Trump signe une loi aux conséquences négatives pour le peuple, le climat ou la paix dans le monde. Ses porte-parole, eux, ne craignent pas de présenter au monde des « faits alternatifs » (lisez : mensonges). Voici cinq raisons importantes pour aller manifester le 24 mai prochain contre la venue de Trump
en Belgique.

Le 27 janvier dernier, dans un communiqué de presse commun, l’Université Libre de Bruxelles et la multinationale de la consultance McKinsey annonçaient la fin de leurs négociations. Celles-ci concernaient le possible soutien financier de l’entreprise dans la construction d’un nouveau bâtiment sur le campus de la Plaine en échange de pouvoir y installer ses bureaux belges. Retour sur cette lutte victorieuse.

Le 25 mai, le président Trump participera en Belgique à un sommet de l’Otan. Le Premier ministre Charles Michel a réagi avec enthousiasme, mais plusieurs milliers de personnes ont déjà exprimé leur intérêt pour une grande marche de protestation lancée sur Facebook.

Pages

En collaboration avec: