Trois jours de grève du nettoyage à l’ULB font plier la multinationale ISS

Au départ, la direction d'ISS ne voulait pas négocier, ni même recevoir les représentants des travailleurs. Après 3 jours de grève et un large soutien des étudiants et du personnel du l’ULB, les travailleurs d’ISS ont gagné de meilleures conditions de travail et deux de congé extra légaux payés.

Depuis trois jours, le personnel de nettoyage d’ISS était en grève. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase, ce sont deux jours de congés extra-légaux non payés. Mais ce n’est pas tout. Surcharge de travail, matériel de nettoyage qui n’est pas aux normes et insuffisant, ainsi qu’un harcèlement de la part des « brigadiers » lorsque ceux-ci contrôlent le travail font aussi partie des raisons de leur mécontentement.

« Depuis 2014, l’année où ISS a signé le contrat à l’ULB, les conditions se sont détériorées et la pression a augmenté », témoigne une des travailleuses. Depuis ISS, ce que je devais faire en 6h, je dois maintenant le faire en 3h. En plus, ils ne remplacent pas ceux qui partent en congé maladie ».

« Ces économies gonflent le chiffre d’affaire d’ISS. Pourtant, c’est nous qui créons cette richesse », note un de ses collègues. Présente dans 77 pays, le chiffre d’affaire de la multinationale s’élevait en effet à 10 milliards en 2016.

La grève a rencontré un large soutien parmi les étudiants, les employés de l’ULB et la pétition compte déjà de nombreuses signatures.

Ce mercredi 15 mars 2017, à 16h, la direction a annoncé aux délégués syndicaux qu'elle acceptait le paiement des jours fériés extra légaux du 29 et 30 décembre qui sont des jours fériés à l’ULB et qu’ISS refusait de payer. ISS s’engage par ailleurs à arrêter le harcèlement exercé par les brigadiers sur les travailleurs, à remplacer le personnel en congé maladie au lieu d’augmenter la charge de travail pour le personnel restant ainsi qu’à fournir un matériel de nettoyage en suffisance et conforme.

Comac, le mouvement de jeunes du PTB, soutient les travailleurs et travailleuses d’ISS. Il est important que les étudiants façonnent leur lieu d’étude à l’image de la société qu’ils souhaitent.

Plus encore, il est urgent de remettre en question l’utilisation de sous-traitant à l’ULB. Que ce soit Sodexo pour la restauration, ISS pour le nettoyage, tous participent à la mise sous pression des travailleurs. Il faut un retour de ces services aux mains des institutions universitaires pour un service au profit de tous et non des grandes entreprises.

Ce jeudi à 12h devant le foyer culturel sur l’avenue Paul Héger, un rassemblement est prévu pour renforcer le mouvement pour des conditions de travails dignes, et mener le débat sur la sous-traitance des services qu’offre notre université.

Pour en savoir plus : http://www.axellemag.be/journee-anita-femme-de-menage-a-lulb/

 

En collaboration avec: