À Leuven, 500 étudiants manifestent pour la solidarité, contre la politique de Theo Francken

Hier à Louvain, 500 étudiants et habitants de la ville sont descendus dans la rue pour défendre la solidarité et les droits humains. Ils forment ensemble un contre-courant solidaire face à la politique impitoyable de Theo Francken, qui s’attaque aux droits humains, divise la population entre citoyens de première et de seconde zone, diffuse une idéologie raciste et s’en prend à la société civile. Cette marche, qui était empreinte d’optimisme, de diversité, de solidarité et de fraîcheur, est le reflet de ce que devrait être notre société. Avec Comac, nous voulons poursuivre la construction de ce contre-courant solidaire au sein de la communauté estudiantine. Rejoins Comac dès maintenant et apporte ta pierre à l’édifice.

Un mouvement grandissant

« De plus en plus de jeunes s’insurgent contre la politique impitoyable de Théo Francken. Lorsqu’il a accusé Médecins sans Frontières de contribuer à la traite des êtres humains, 400 étudiants étaient déjà descendus dans la rue », explique Anne Cremers, qui est, avec Sander Claessens, à l’origine de cette marche. Sander Claessens ajoute : « Le jour où il déclaré qu’il ferait le #nettoyage (#opkuisen) en chassant les réfugiés du parc Maximilien, le sentiment de colère à l’encontre du secrétaire d’État a encore grandi. Aujourd’hui, il fait identifier les Soudanais par les services secrets qui leur avaient fait fuir leur pays. Pour beaucoup, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. » Les jeunes du syndicat socialiste flamand, Tout Autre Chose, Oxfam Leuven et de nombreux professeurs ont soutenu la marche. Évidemment, Comac y a également participé, en mobilisant un grand bloc de militants enthousiastes.

Avons-nous encore le droit de défendre la solidarité ?

Seppe De Meulder, président de Comac Leuven, explique que dans le pays de Caliméros de Théo Francken, tout est sens dessus dessous. « Il veut défendre nos valeurs en s’en prenant aux droits humains. La liberté d’expression ne doit pas garantir à tout un chacun le droit de critiquer les puissants, mais seulement donner la possibilité aux représentants du pouvoir de diffuser autant de propos racistes qu’ils le souhaitent. Tous ceux qui critiquent le pouvoir en place sont criminalisés, délégitimés. “Qui est Unia ?”, demande monsieur Francken lorsque le centre pour l’égalité des chances déclare que dans certaines affaires, des personnes ont été victimes de discrimination. Et il traite les Médecins sans Frontières de trafiquants d’êtres humains.

Théo Francken adore jouer les outsiders, mais soyons clairs : il appartient à la pire espèce des défenseurs de l’establishment. La N-VA défend les intérêts de Fernand Huts & co, des personnes les plus riches de la société, des multinationales qui ne paient pour ainsi dire pas d’impôts, de l’élite qui fuit l’impôt grâce à des constructions fiscales et à des paradis fiscaux. Avec toutes sortes de tours de passe-passe, Théo Francken tente de se présenter comme un outsider et de diriger la colère qui grandit — à juste titre — dans de larges groupes de notre société vers les personnes les plus vulnérables, qui rencontrent encore plus de difficultés. Sa devise est la suivante : diviser pour mieux régner. »

Rejoins le contre-courant grandissant de la solidarité

Il existe un groupe croissant de jeunes qui ne se laissent plus diviser. Au contraire, ils luttent ensemble pour une société solidaire, qui respecte les droits humains en toutes circonstances. Ils veulent un pays où tous les citoyens ont les mêmes droits, où la société civile est entendue. Les jeunes descendent dans la rue pour une autre société plus solidaire, pour une politique active de défense de la paix, pour un plan climatique ambitieux, pour davantage d’aide au développement et pour une politique active contre le racisme. Avec Comac, nous voulons continuer à bâtir ce contre-courant solidaire parmi les étudiants. Rejoins Comac et apporte ta pierre à l’édifice. Seuls, nous sommes vulnérables, mais ensemble, nous sommes beaucoup plus forts. Deviens membre sur le site : http://www.comac-etudiants.be/deviens-membre

En collaboration avec: